Enoch SEEMAN (1694-1744)

Lot 31
Aller au lot
400 000 - 600 000 EUR
Résultat : 400 000 EUR

Enoch SEEMAN (1694-1744)

Portrait de son Excellence Mohammed Ben Ali Abogli, Ambassadeur du Roi du Maroc à la Cour de Saint- James (Août 1725- Février 1726) Huile sur toile 236 x 145 cm Provenance :- Ancienne collection des Ducs de Richmond, Château de Goodwood, Sussex. Bibliographie : Manuscripts Volumes of Court Records in the Collection of Charles Cottrell-Dormer at Rousham Park. (Ces souvenirs ont été rédigés par Sir Clement COTTRELL (1688-1758) 1. Deux versions du portrait de son Excellence Mohamed ABOGLI dont une version en demi-hauteur à Rousham Park : A la résidence de Rousham Park, une version en demi-taille de notre portrait porte une inscription ancienne donnant l'identité du personnage ainsi que de l'auteur du tableau. La version Rousham est supposé avoir été offerte par Abogli lui-même à Sir Clement Cottrell, Maître des Cérémonies à la Cour Anglaise de Saint James entre 1710 et 1758. Le maître des cérémonies, fonction héréditaire, avait en charge entre autres la réception et le séjour des ambassadeurs étrangers. 2. L'origine de la Présence du tableau chez les Ducs de Richmond La présence de notre tableau dans les collections des Ducs de Richmond a une origine probable dans le fait que le troisième Duc épousera Mary Brudenell, fille du troisième Earl Of Alisbury. Son Grand Oncle James Brudenell fut Chef de l'Administration des Joyaux de la Monarchie (Master of His Majestys Office) et donc à ce titre fréquemment en rapport avec Sir Clemment Cottrell, ce dont témoigne le Journal de Cottrell. 3. Le séjour de Son Excellence ABOGLI à la cour d'Angleterre : Le Journal de Cottrell relate l'Arrivée d'Abogli ambassadeur du Maroc en Angleterre : la rentrée... La remontée de la Tamise, la remise des lettres de Créances devant le « Lord Justices » et la remise d'une maison ainsi que d'une voiture. Abogli y est décrit comme étant « un homme d'esprit, très honnête et sobre ; il était accompagné d'un Mufty, un secrétaire et en tout d'à peu près vingt serviteurs ». Le Journal (page 99) donne la liste de la famille et de la suite de Mohammed Abogli qui l'accompagnent avec leurs différents titres : 1) Essaid el Hagg Abd Essalam 2) Mohammed Ben Abd Essalem 3) Essaid Ali Ezaim, ami et intendant 4) Ahmad El Batjvi 5) Abd Esalam Shene 6) Mohammed Fartat 7) Ahmad Massud Ces quatre sont serviteurs de la maison 8) Issa Ezzauri 9) Mohammed El Arabi 10) Mohammed El Kassri 11) Mohammed El Ainab 12) Hossain Emgar 13) Abd Essalam Errahwani 14) Ahmad Essbilir Ces trois sont dans la Garderobe 15) Erraiss Mohammed El Eradi (cuisinier) 16) Rossel, Secrétaire Anglois 17) Le Client Interprète 18) Le Client Samuel 19) Le Client Amy de Roussel Anglois Le Journal précise aussi que le cuisinier d'Abogli décéda durant le séjour d'une inflammation des poumons. 4. Enoch SEEMAN (1694-1744) : Peintre de la Cour Royale d'Angleterre Né a Gdansk en Pologne vers 1694, dans une famille de peintre qui émigra en Angleterre en 1704, Seeman le Jeune suivit l'enseignement de son père Enoch Seeman l'Ancien avec lequel il collabora. Devenu peintre de la cour Royale en Angleterre, il exécuta : - Portrait de George I (Collection de S.M. Elisabeth II, Château de Windsor) - Portrait de George II (Collection de S.M. Elisabeth II, Château de Windsor) - Portrait de Sir James DASHWOOD ( Metropolitan Museum de NYC) - Portrait de Isaac Newton (1726) (National Portrait Gallery de Londres). Le Portrait de son Excellence Mohamed Ben Ali Abogli reflète bien l'art de Seeman et que l'on trouve dans les portraits royaux. La souplesse des contours et la lumière adoucie créent une atmosphère mélancolique. On retrouve également le caractère du personnage empreint de noblesse et d'intelligence que décrit les mémoires de Cottrell.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue