Rudolf ERNST (1854-1932)

Lot 69
Aller au lot
400 000 - 500 000 €
Résultat : 400 000 €

Rudolf ERNST (1854-1932)

La Cueillette des roses Huile sur panneau, signée en bas à droite. 81 x 64 cm Porte le n°6844 au dos à la craie. La cueillette des roses est l'une des compositions parmi les plus célèbres du peintre orientaliste Rudolf ERNST. A tel point que le peintre en exécuta, et probablement sur commande de collectionneurs, au moins trois versions. Il pratiqua de même pour Intérieur de la Mosquée Rustem Pacha, Constantinople. L'exécution d'une copie autographe avec variantes est d'ailleurs courante dans l'histoire de la peinture, (cf. Les Tricheurs de Georges de La Tour - les Autoportraits, Rembrandt - Femmes d'Alger, Delacroix - Les « Eves de Cranach »). Toutefois Ernst introduit des variantes de détails, faisant rivaliser en virtuosité chaque version. Si l'on compare avec l'exemplaire Gros et Delettrez (11/06/2007), les carrelages de céramiques des murs sont d'un dessin différent, la jeune cueilleuse assise présente d'importantes variantes, les ustensiles du décor ne sont pas les mêmes (une aiguière ottomane en laiton ciselé a remplacé une jarre en terre cuite, le tapis est également d'un motif différent). Ernst est le plus célèbre peintre orientaliste de l'école autrichienne. Elève de l'Académie de Vienne, il s'installe à Paris vers 1876 et va exposer régulièrement au Salon. Vers 1884/1885, il effectue un voyage en Espagne et au Maroc et ce choc visuel va le conduire à ne plus peindre que des sujets orientaux. Il séjourne également à Constantinople en 1890 et recevra des commandes du Sultan de l'Empire Ottoman ainsi que du ministre Agop Pacha. Ses oeuvres sont aujourd'hui conservées dans les plus grands musées. Avec La Cueillette des Roses, Ernst exécute un chef-d'oeuvre tout à la fois de poésie et de virtuosité qui n'eut que peu d'égal dans l'histoire de la peinture orientaliste. Beauté des cueilleuses inspirées de la sculpture antique, délicatesse du geste de la jeune fille assise aux yeux baissés ; éclat de la lumière solaire qui baigne un bord de mer et se diffuse subtilement en une pénombre ocrée qui adoucit la scène ; illusionnisme et subtilité des matériaux (carrelage, cuivre jaune et cuivre rouge, reflets des faïences et éclat turquoise de la potiche vernissée, éclat des soies et transparence des voilages). Rudolf ERNST; Roses picking; Oil on panel; signed lower right; 81 x 64 cm; On the back: number 6844 (chalk) After his travel to Constantinople in 1890, Ernst relied his sketchbooks and memory to recreate in his paintings the Ottoman and Arab civilizations. He did it accurately like in "Roses picking". This masterpiece is characteristic of the skillness brushstoke and high poetic inspiration of the artist. Roses picking was so successful next to the collectors that they commissioned to Ernst several identical compositions. However our today's version presents some variations comparatively to the Gros Delettrez one (Drouot Auction 11/06/2007). Ernst introduces are modifications in the central woman attitude and paints a delicious engraved brass ewer.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue