Charles BAUDELAIRE. Les Fleurs du Mal. Paris,...

Lot 58
Aller au lot
40 000 - 50 000 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 41 000 EUR

Charles BAUDELAIRE. Les Fleurs du Mal. Paris,...

Charles BAUDELAIRE. Les Fleurs du Mal. Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1857, in-12. Edition originale. Exemplaire offert par Baudelaire à l’écrivain Paul de Molènes, portant la dédicace « à M. Paul de Molènes, Témoignage de sympathie et d’admiration. Ch. Baudelaire. » Sous la dédicace puis le titre imprimé, Baudelaire a cru bon d’ajouter la liste des six poèmes condamnés, notant ainsi : « Pièces Condamnés par jugement du 20 aout 1857. Les Bijoux Le Léthé à Celle qui est trop gaie Lesbos Femmes Damnées (1ére) les Métamorphoses du Vampire ». Le présent exemplaire possède les six poèmes condamnés et les six corrections marginales manuscrites, de la main de Baudelaire. La première située dans la Dédicace à Théophile Gautier : « au parfait magicien es langue française » corrigé deux fois « au parfait magicien es langues françaises ». La seconde, p.29, dans le poème « La Muse vénale », au vers 11, le « s » de « guères » a été barré. En page 43, dans le poème « Dom Juan eux enfers », vers 11, « errants sur le rivage » a été corrigé trois fois en « errant sur les rivages ». En page 110, dans la seconde partie du poème « Le Chat », au second vers, « sort au parfum » a été corrigé en « sort un parfum ». En page 217, dans le poème « Le Reniement de Saint-Pierre », au vers 4 de la première strophe, « il s’endort aux doux bruit », le x de « aux » a été barré. A la strophe suivante, au vers 8, « les Cieux ne s’en sont… », le « c » de « cieux » a été remplacé par un D majuscule souligné trois fois, pour former « les Dieux ne s’en sont… » L’exemplaire est relié dans un demi-maroquin vert à coins, dos passé, à cinq nerfs, décoré aux petits fers, tête dorée. Reliure de l’époque signée de Behrends comportant des éraflures aux mors et aux coins. Exemplaire contenant quelques rousseurs et une tache en page 93. Provenance : Bibliothèque d’Hippolyte Cocheris à Sainte-Geneviève des Bois puis de Jules Cocheris, comme en témoignent l’ex-libris et la mention manuscrite.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue