PAIRE DE TRES IMPORTANTS RAFRAICHISSOIRS...

Lot 424
200 000 - 250 000 €
Résultat : 220 000 €

PAIRE DE TRES IMPORTANTS RAFRAICHISSOIRS...

PAIRE DE TRES IMPORTANTS RAFRAICHISSOIRS en argent doré d'époque Queen Ann, par Lewis METTAYER. Londres 1714 Ils sont de forme tronconique, ornés de deux anses, et reposent sur un petit piédouche. Le col est décoré d'une frise d'entrelacs de fleurettes, l'épaulement d'une passementerie ornée de glands sur fond amati, la base d'une frise de postes et le piédouche d'une frise de feuilles d'eau. Les anses cannelées décorées, en leur centre, de feuilles d'acanthe affrontées. Ils sont flanqués de gaines à décor de croisillons surmontées de mascarons féminins. Le corps gravé aux armes d'un membre de la famille METHUEN : d'argent à trois têtes de loup au naturel. Poinçon de l'orfèvre Lewis METTAYER : ME Poinçons : «standard mark, assay mark et date letter» pour Londres 1714 Indication du poids gravée en-dessous : « 116 = 6» et « 115 = 17» Hauteur : 23 cm Diamètre : 22,5 cm Longueur aux anses : 29 cm Poids : 7 160 g. Provenance : Paul METHUEN (1672-1757) Bibliographie : The Collector's Dictionary of the Silver and Gold of Great Britain and North America, par Michael CLAYTON, reproduits pl. 723 (Thomas LUMLEY Antiques Ltd., Londres) Référence : - Une paire de rafraichissoirs identiques, mais en argent, par David WILLAUME I, Londres vers 1711, dans la collection Diethelm HÖNER. Vente Sotheby's New York, 18 octobre 2001, lot 123, reproduit en couleurs. Ils avaient été réalisés pour Thomas Wentworth, 1er comte de STRAFFORD. Littérature : - «The Huguenot Legacy : English Silver 1680-1720 from the Alan and Simone Hartman Collection» par Christopher HARTOP - «Huguenot Silver» par John HAYWARD - «London Huguenot silver» dans «Huguenots in Britain and their French Background, 1550-1850», par Hugh TAIT - «Art and industry in 18th-century London : English Silver 1680/1760 from the Alan and Simone Hartman Collection», publié dans «Proceedings of the Huguenot Society of Great Britain & Ireland», vol XXVII N°1, 1998. Notes : 1. Lewis METTAYER ou Louis METTAYER : fameux orfèvre huguenot actif de 1700 à 1735, mort en 1740, qui vint s'établir en Angleterre parmi la colonie des orfèvres français qui avaient fui leur pays pour s'installer en Angleterre à la fin du XVIIème siècle à la suite de la révocation de l'Edit de Nantes, le 18 octobre 1685. Il fit son apprentissage chez le célèbre David WILLAUME I qui était son beau-frère, ce qui explique la similitude de nos rafraichissoirs. Sa carrière fut semblable à celles des grands orfèvres protestants émigrés Paul de LAMERIE, Paul CRESPIN, David WILLAUME, Simon PANTIN, Pierre PLATEL, Pierre HARACHE ... Parmi ses oeuvres citons : un très important rafraichissoir à plusieurs bouteilles (81,3 cm de long) conservé au Metropolitan Museum of art et daté 1709-1710. Il s'inspire très fortement de celui en argent doré commandé à Pierre HARACHE en 1697 par la Reine Anne. Il réalisa en 1710 une somptueuse aiguière en argent doré, commandée par la Reine Anne pour Charles WHITWORTH, Ambassadeur Extraordinaire de Russie (vente Christie's New York, 17 mai 2009, lot 100, reproduit en couleurs). Il est intéressant de noter qu'il s'agit à nouveau de la réplique d'une aiguière en argent doré réalisée sept ans plus tôt, en 1703, par Pierre HARACHE et gravée aux armes de la famille METHUEN (conservée au Portland Art Museum). 2. Les rafraichissoirs à vin devinrent populaires en Angleterre au début du XVIIIème siècle. Leur mode fut importée de France par les orfèvres huguenots. Leur style est très fortement inspiré du style Louis XIV et leur qualité d'exécution, comme toute l'orfèvrerie huguenote, est équivalente à celle employée en France à la même époque. Cependant, leur usage était réduit à l'aristocratie et aux ambassadeurs. En effet, ces derniers devaient emporter avec eux tout un ensemble d'orfèvrerie à la mode afin de dresser des tables d'apparats tout à la gloire de leur Reine. 3. Les armoiries sont celles de Paul METHUEN (1672-1757), d'une famille d'origine germanique qui s'installa en Ecosse au Moyen-Age. Issu d'une longue lignée de diplomates qui négocièrent des traités avec l'Angleterre, Sir Paul Methuen était le fils de John Methuen (1650- 1706), diplomate anglais qui négocia l'important traité commercial de Methuen entre l'Angleterre et le Portugal signé en 1703. Il fit une carrière encore plus brillante que son père qui l'initia à la diplomatie. Ambassadeur au Portugal à la mort de ce dernier, il sera Ministre à Turin, Lord de l'Amirauté, Membre du Parlement à plusieurs reprises, ambassadeur en Espagne et au Maroc, envoyé auprès du Duc de Savoie, Secrétaire d'Etat, Contrôleur puis Trésorier de la Maison du Roi. Il fut fait chevalier du «très honorable ordre du Bain» par George Ier en mai 1725. Il mourut célibataire en 1757, et fut enterré dans la nef sud de l'abbaye de Westminster , près de son père John , en raison des nombreux et importants services rendus. Pendant pratiquement toute sa vie, il a montré un grand intérêt pour les arts et formé une importante collection de tableaux, principalement des écoles italiennes et flamandes, qu'il conservait dans sa maison de Londres. N'ayant pas d'enfant, il légua sa collection à son cousin et filleul Paul Methuen (1723-1795), lui aussi membre du Parlement, qui l'a conservée dans son château de Corsham, demeuré toujours dans la famille.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue