Attribué à Fiodor ROKOTOV (1735 - 1808)

Lot 33
Aller au lot
40 000 - 60 000 €
Résultat : 280 000 €

Attribué à Fiodor ROKOTOV (1735 - 1808)

Portrait du comte Grigori Grigorievitch Orloff (1734 - 1783) Toile 97 x 75,5 cm Inscription en russe au revers du châssis : «Le comte Gregory Grigorievitsh Orloff / Prince de l'empire romain». Provenance: Famille Orlov Denisov; Général Dimitri Osnobichine, Paris; Collection privée, Washington D.C. ; Vente anonyme, New York, Sotheby's, 21 janvier 1982, n°103 (comme Tocqué); Vente anonyme, Monaco, Sotheby's, 21 juin 1986, n° 59 (comme Tocqué). Bibliographie: Probablement comte Armand Doria, Louis Tocqué, Wildenstein, Paris 1929, n° 257 (non reproduit, le tableau n'est connu de Doria que par la mention de Rovinski). Selon Rovinsky (Dictionnaire détaillé des portraits russes gravés, 1886, vol. IV, p.384) le tableau aurait été gravé par Tchemesow en Russie. Mais Doria signale que la gravure n'existe pas à la section des gravures de Leningrad, ni au cabinet des estampes de Paris, (mais ne confondil pas avec le portrait de son frère Ivan Grigorievitch ? voir cat. exp., Paris, 1986- 1987, La France et la Russie au siècle des Lumières, relations culturelles et artistiques de la France et de la Russie au XVIII siècle, cat 352, p. 222, repr.). Doria reproduit également un portrait similaire (avec une variante dans le ruban de décoration), vente Henrici, Berlin, 24 juin 1919, n° 128, portrait d'un duc de Mecklenbourg (Doria, op. cit. supr., n° 231, fig. 143, connu de Doria par une mauvaise photo). L'ancienne attribution du tableau à Louis Tocqué (1696 -1772) ne nous semble plus recevable aujourd'hui. En effet le comte Orloff porte l'ordre de Saint Alexandre Nevski qui lui fut probablement décerné en 1762 lorsqu'il posa la couronne sur la tête de Catherine II, mais pas encore celui de d'Andreij Pervozvannogo dont il sera décoré en 1763. C'est donc entre ces deux dates qu'il faut situer l'exécution de notre tableau, Tocqué ayant quitté la Russie en 1758, c'est probablement à Rokotov lui-même qu'il conviendrait de rendre ce tableau dont on connaît par ailleurs deux autres versions (Moscou, Galerie Tetryakov et Saint-Petersbourg, Ermitage; voir : http://nearyou.ru/ rokotov/1orlovG.htlm (site en russe)). D'autre part, la très grande qualité de notre tableau, la franchise de la touche et la présence de repentirs nous interdit d'y voir une copie. D'origine rurale modeste, rien ne prédestinait Rokotov à devenir l'un des plus grands peintres russes du XVIIIème siècle, à une époque où la cour de Catherine II entretenait des rapports étroits avec le milieu artistique et intellectuel français. Souhaitant se faire portraiturer, elle fit venir Tocqué qui séjourna avec son épouse à Saint- Pétersbourg d'août 1756 à septembre 1758 avant de partir pour Copenhague. Rokotov suivit les cours de l'académie des Beaux-Arts de 1760 à 1762, Il est reçu comme peintre de portraits en 1765. Grigorii Grigorevitch Orloff (1734 - 1783) était le petit fils du tsar Ivan. Favori de la Grande Catherine, lui et son frère furent les chefs de la conspiration qui plaça Catherine sur le trône. De celle-ci, il eut un fils, le comte Bobrinsky. Eclipsé par d'autres favoris, il sombra dans la folie à la fin de sa vie. Le nom de Orloff est associé à l'une des plus prestigieuses commandes d'argenterie jamais réalisée, un gigantesque service de table dû au célèbre Röettiers. Destiné à l'usage personnel de Catherine II, celle-ci l'offrit en cadeau à son amant le comte Grigori Grigorevitch Orloff. A la mort de celui-ci, pour le récupérer, elle fut contrainte de le racheter aux descendants.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue