Pierre-Athanase CHAUVIN (1774-1832)

Lot 22
Aller au lot
25 000 - 35 000 €
Résultat : 146 000 €

Pierre-Athanase CHAUVIN (1774-1832)

Bergers et leurs chèvres dans la campagne Romaine Huile sur toile, porte une trace de signature et une date 18(20)? en bas à droite. 81 x 109 cm « Dans la tradition de Nicolas Poussin, Pierre-Athanase Chauvin est un des exemples exceptionnels de peintres français ayant accompli l'ensemble de leur carrière en Italie. Faisant partie de la première génération des paysagistes formés par Pierre-Henri de Valenciennes à la doctrine néoclassique, il fut très admiré par les amateurs de tous les pays européens et recherché par une riche clientèle internationale, qui appréciait ses paysages composés donnant l'impression d'avoir été pensés en plein air ». (cf Vincent POMAREDE, Paysage d'Italie, Les peintres du plein-air (1780-1830), Electa, 2001). Né à Paris, élève de Pierre Henri de Valenciennes à l'Ecole des Beaux-Arts, il se rend à Rome dès 1801 ou 1802. Il aurait partagé son atelier avec Granet au couvent des Capucins et a des relations amicales avec Ingres et Guérin. Membre de l'Académie de Saint-Luc à Rome en 1813, il expose régulièrement au Salon de Paris. En 1819, il obtient une commande de Louis XVIII pour décorer la galerie de Diane à Fontainebleau. Ses collectionneurs ont ainsi des noms prestigieux tels que Talleyrand, Metternich, le Duc de Noailles ou encore le Duc de Fitz-James. Il est l'un des artistes que tout jeune peintre européen se doit de rencontrer lors de son séjour à Rome. Notre tableau est à rapprocher de Vue de campagne de Rome prise aux environs de Tivoli (Paris, Musée des Arts Décoratifs). Chauvin reprend le motif central des Cyprès et des pins parasols presque à l'identique tandis que dans le lointain, les coupoles et les toits scintillent DA. Il apparaît dans notre tableau comme un extraordinaire représentant du paysage composé au début du XIXe siècle (lumière dorée et calme pastoral très « Claude Lorrain, équilibre des masses végétales et rocheuses » avec le ciel et le lointain). Mais l'on devine derrière cette nature idéalisée, rendue si poétiquement par le pinceau virtuose de Chauvin de nombreuses études préalables réalisées sur nature dans la lumière crépusculaire. Cette exactitude poétique laisse de plus présager les découvertes ultérieures de Corot. Pierre-Athanase CHAUVIN (1774-1832) Goatherds with goats in the Roman countryside Oil on canvas, bears a trace of signature and date 18(20) ? lower right. 81 x 109 cm ?In the tradition of Nicolas Poussin, Pierre-Athanase Chauvin is one of the outstanding examples of French painters who spent their entire career in Italy. As part of the first generation of landscape painters formed by Pierre-Henri de Valenciennes of the neoclassical doctrine, he was much admired by fans of all European countries and sought after by a wealthy international clientele, who appreciated his landscapes compositions which give the impression of having been conceived in the open air.? (see Vincent Pomarede, Italian Landscapes: The Open-air Painters (1780-1830), Electa, 2001). Chauvin was born in Paris, studied under Pierre Henri de Valenciennes at the Ecole des Beaux-Arts, and made his way to Rome in 1801 or 1802. He would have shared his studio with Granet at the Capuchin convent and was friendly with Ingres and Guerin. A member of St. Luke's Academy in Rome in 1813 he exhibited regularly at the Paris Salon. In 1819, he was commissioned by Louis XVIII to decorate the gallery of Diana at Fontainebleau. Among the collectors of his work rank such prestigious names as Talleyrand, Metternich, the Duc de Noailles, and the Duc de Fitz-James. He is one of the artists who every young European painter must have met during his stay in Rome. Our painting is similar to View of the Countryside of Rome near Tivoli (Paris, Museum of Decorative Arts). Chauvin incorporates the central motif of cypress and pine trees in an almost identical manner while the domes and roofs sparkle in the distance. This painting appears as an archetypal example of early nineteenth century landscapes (a quiet pastoral scene bathed in golden light and a balance of sky and far distance with ?plant and rock masses? reminiscent of Claude Lorrain). We imagine that behind this idealized natural landscape, so poetically rendered by the virtuoso brushwork, Chauvin must have made many previous life studies of nature in the twilight. This poetic accuracy hints at the innovations of Corot which were yet to follow.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue