Charles BAUDELAIRE

Lot 16
10 000 - 15 000 €
Résultat : 9 000 €

Charles BAUDELAIRE

Lettre autographe signée «Charles Baudelaire», adressée à Narcisse Ancelle, rédigée sur un papier à lettre portant le cachet à sec de l'Hôtel du Grand Miroir à Bruxelles, et datée du dimanche 1er octobre 1865. Dans la lettre, Baudelaire met plein d'espoir dans le travail de Julien Lemer qui semble avoir obtenu auprès des frères Garnier un traité de 4.000 frs. On s'aperçoit que le poète n'apprécie que l'un des deux frères Garnier (Hippolyte), Auguste étant systématiquement son adversaire. Il demande encore à Ancelle de lui procurer un extrait de naissance, étant tracassé par la police belge qui estime que son séjour en Belgique s'éternise. Deux pages, in-8, avec un petit accroc. «Mon cher Ancelle, Vous recevrez cette lettre demain matin, lundi, à 10 h. Ayez l'obligeance, sans attendre 5 h. du soir, de m'envoyer immédiatement les 100 frs., par la poste. Je vous en supplie, n'attendez pas au lendemain. Je vous assure que c'est très pressé. Il s'agit de petits besoins urgents, de ces petits besoins qui ne veulent pas attendre. J'ai reçu, ce matin, des nouvelles informations de Paris. Il paraît que mon affaire n'est pas du tout perdue, mais que M. Hippolyte Garnier veut et que son frère Auguste ne veut pas. Heureusement, Hippolyte est le plus fort. Mais il est encore à la campagne. Il s'agit de 4000 frs. Seulement, quand l'affaire sera conclue, tout sera mangé d'avance. Il ne restera rien pour payer des dettes en France. J'espère qu'il me restera, sur ces l00 frs., de quoi aller à Paris, avant le 15, pour signer ce traité, s'il y a lieu. Quand vous m'aurez envoyé ces l00 frs., mais seulement après {les l00 frs. étant ce qu'il y a de plus pressé), ayez l'obligeance de demander, dans une mairie (derrière Saint-Sulpice), un extrait de mon acte de naissance, (9 Avril 1821), et de me l'envoyer ici. On me le réclame à l'Hôtel de Ville. Je n'ai pas pu faire autrement n'ayant pas de domicile en France, que de souscrire un billet à l'ordre de Miquel Rouget, payable chez vous, un billet de 280 ou 290, le 25 ou le 26 Octobre prochain. Vous serez d'ailleurs parfaitement garanti. Il me reste 110 frs. à vous prendre sur Septembre. Il vous en restera : 10. Tout Octobre: 160. Novembre : 160. ?? Total : 330.de trop. Je n'ai pas besoin de vous dire que ce billet m'a été une chose désagréable. Mais la lettre de Rouget était plus qu'impérieuse, elle était suppliante. Comme la mienne, aujourd'hui. Mes respects à Mad. Ancelle. Charles Baudelaire.» Références : Baudelaire. Lettres - 1841-1866. Mercure de France 1907. pages.462 et 463. Correspondance Générale. Tome V. Pages 150 à 152.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue