Charles BAUDELAIRE

Lot 7
Aller au lot
13 000 - 18 000 €
Résultat : 26 000 €

Charles BAUDELAIRE

Lettre autographe de Baudelaire, signée «C.B.» adressée à Narcisse Ancelle, en juin 1864, concernant ses traditionnels problèmes financiers. Les rapports entre Baudelaire et Ancelle sont difficiles, l'argent que ce dernier envoie au poète n'arrive «qu'au compte gouttes», lorsqu'il arrive ! Baudelaire ne comprend pas pourquoi son hôtelier n'a pas encore été réglé, il finit même par s'en amuser auprès de son correspondant, lui disant qu'il risquait, peut-être, de ce fait, une provocation en duel. Il regrette vivement son isolement «belge»: «Je passe ici ma vie à écrire des lettres auxquelles personne ne répond». Il s'insurge contre un ami de Victor Hugo qui le soupçonne d'être un «mouchard au service de la police française», termes qu'il emploiera dans une lettre datée du 14 juillet de la même année. Enfin le poète attend la réponse de l'éditeur bruxellois, Lacroix, à propos de l'impression de ses OEuvres complètes, qui ne virent, pour son malheur, pas le jour de son vivant. Trois pages, in-8, rédigées à l'encre noire. Petits trous sans gravité. «Mon Cher Ancelle. Je n'ai pas le temps de répondre à toute votre longue lettre, excellente lettre d'ailleurs, mais impuissante à calmer mes nombreuses colères. Relativement au maître d'hôtel, il m'est impossible de comprendre pourquoi le 5 il n'avait pas reçu les 100 frs que je lui ai permis de vous demander à la fin du mois. Vous me dites que vous allez lui donner satisfaction. Cela peut vouloir dire bien des choses: lui donner les 100 frs, lui donner des paroles, et enfin permettez moi cette farce, répondre à une provocation en duel venant de lui. Je viens de recevoir une lettre de lui, que je n'ai pas décachetée; car il y a des jours où je suis incapable de décacheter une lettre qui ne peut contenir que des choses désagréables, ma maladie nerveuse qui va toujours empirant m'enlevant toute espèce de force. Mais le fait de cette lettre prouve qu'il y a encore quelque anicroche. Mon Dieu que c'est donc difficile de s'entendre par lettres! Je passe ici ma vie à écrire des lettres auxquelles personne ne répond. Vous me dites que si vous lui donnez satisfaction, vous ne pourrez lui donner d'argent (à lui ou à moi) qu'au mois d'août. Que m'importe? Je prends mes précautions pour vivre par une série de lettres belges adressées au Figaro. Le bruit répandu contre moi par la bande de V.(ictor) H.(ugo) est une infamie dont je me vengerai. Il parait que j'appartiens à la police française. Et il y a des gens ici pour le croire! Lisez la brochure de Montalembert, Le Pape et la Pologne; c'est fait pour vous et c'est beau. Je réponds au maître d'hôtel, sans lire sa lettre, d'envoyer de nouveau chez vous. Autant que j'ai pu comprendre votre intention, il m'a semblé que je pouvais lui écrire cela. Tout à vous. C.B. Ce n'est que du 15 au 20 que je saurai à quoi m'en tenir sur la Maison Lacroix.» Références : Baudelaire. Lettres - 1841-1866. Mercure de France 1907. pages.365-366 Correspondance Générale. Tome IV. Pages 257 et 258.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue