Antoine-Alphonse MONTFORT (1802-1884)

Lot 70
Aller au lot
80 000 - 120 000 EUR
Résultat : 140 000 EUR

Antoine-Alphonse MONTFORT (1802-1884)

Femme dont on vient de prendre le fils pour la conscription, Souvenir de Syrie Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1880. 81 x 60 cm Exposition : Salon de Paris, 1881. Les Peintres-Voyageurs au Liban au XIXe siècle furent peu nombreux. L'iconographie libanaise afférente très rare. C'est pourquoi l'oeuvre de Montfort est précieuse pour les orientalistes. Montfort séjourne deux fois en Orient. De 1827-1828, en tant que professeur de dessin à bord de la frégate La Victorieuse ; il visite les îles grecques, Constantinople et les côtes du Liban et d'Egypte. Son second périple, de 1837-1838, l'amène au Liban, en Syrie et en Palestine. La Bibliothèque Nationale conserve ses récits et manuscrits de voyages. Ses oeuvres sont peu fréquentes sur le marché car l'essentiel de son atelier est conservé au département des Arts Graphiques du Musée du Louvre, (900 croquis, aquarelles et études). Pour le récit du voyage de l'artiste au Liban de 1837 à 1838, voir René Dussaud, « Le peintre Montfort en Syrie » (revue Syria 1920-1921, Paris, Librairie Paul Guetner, 1921). L'Empire Ottoman pratiquait le recrutement de force pour certaines de ses unités janissaires, notamment parmi les populations chrétiennes de l'Empire. Le titre du tableau traduit clairement que Montfort fut témoin d'une telle scène lors de son séjour au Liban. Il place les personnages devant le château de Mont-Glavien situé sur la montagne de Beyrouth. Ce château construit en 1125 par le Roi Chrétien de Jérusalem après la 1ère croisade, était utilisé, comme son nom l'indique, comme lieu d'exécutions (Glaive : Glavien). Les chrétiens tranchaient notamment la tête aux laboureurs sarrasins qui ne voulaient pas payer le tribut pour leur habitation. Montfort réalise de nombreux dessins préparatoires au crayon ou à l'aquarelle pour ce tableau : variantes de compositions ou études détaillées des divers personnages (mère, jeune fille, le captif, le cavalier). Montfort n'oublie pas sa formation néo-classique. A la manière d'une femme Curiace du peintre David, la femme libanaise porte de désespoir les mains à son front. Cependant qu'au loin son fils, enrôlé et prisonnier, obéit au martial cavalier turc. Le drapeau ottoman flotte sur la tour du château, symbole de la domination des turcs sur la terre arabe. Antoine-Alphonse MONTFORT; The son who was kidnapped, for the conscription, Souvenir de Syria; Oil on canvas, signed lower left and dated 1880; 81 x 60 cm Montfort was one of unique Lebanon painter, journeying in Lebanon in 1837-1838. He painted views of Beirut and Syria. He was the spectator of a scene in 1837-1838, he represented forty years later. As usual Montfort studied very precisely the different people of the composition (drawings, watercolours) and all the studies are conserved now in the Museum of the Louvre.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue