Manuscrit de la chanson « L’épitaphe de Corne... - Lot 186 - Gros & Delettrez

Lot 186
Aller au lot
Estimation :
2500 - 3500 EUR
Manuscrit de la chanson « L’épitaphe de Corne... - Lot 186 - Gros & Delettrez
Manuscrit de la chanson « L’épitaphe de Corne d’auroch ». Manuscrit de cette chanson que Brassens n’enregistrera jamais. Le poète avait écrit en 1947 une chanson sur son ami Emile Miramont surnommé par lui Corne d’auroch, qu’il avait d’ailleurs intitulé « Corne d’aurochs ». Brassens en voulait à son ami d’être reparti en province après son mariage, faisant péricliter leur projet commun de créer avec lui et son autre ami André Larue, le « Parti préhistorique » qui visait à tourner en dérision les autres partis politiques. Brassens lui en voudra de l’avoir abandonner, et se vengera gentiment en le brocardant dans sa chanson intitulée « Corne d’aurochs » qui sera enregistrée par Brassens en novembre 1953 sur l’album « Georges Brassens chante les chansons poétiques (…et souvent gaillardes) de… Georges Brassens », premier 33 tours du chanteur. Le poète avait auparavant écrit une première mouture de cette chanson qu’il avait intitulée « L’Épitaphe de Corne d’Aurochs » dont le manuscrit est ici écrit par Brassens sur un feuillet double à petits carreaux rédigé à l’encre bleu turquoise sur les deux premières pages et le début de la troisième. Le manuscrit est accompagné d’un autre manuscrit, recopié avec soin par Brassens sur trois feuillets doubles, d’un format plus petit, au texte identique, en dehors d’un vers qui faisait mourir son ami par noyade et d’une locution latine qui ponctuait la chanson d’un « Qu’il repose en paix ». Il est curieux de voir qu’un papier collant ait été placé sur les sept premiers vers du manuscrit afin d’en cacher ou d’en supprimer le texte. Ces premiers vers, que l’on peut toutefois deviner, apparaîtront dans la chanson qui sera elle, enregistrée.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue