TRES RARE TERRINE COUVERTE AVEC SA DOUBLURE...

Lot 432
Aller au lot
150 000 - 200 000 €
Result : 290 000 €

TRES RARE TERRINE COUVERTE AVEC SA DOUBLURE...

TRES RARE TERRINE COUVERTE AVEC SA DOUBLURE ET SON PRESENTOIR, PROVENANT DU SECOND SERVICE DU DUC DE SAXE-TESCHEN, de forme ovale, en argent fondu très finement ciselé, par Ignaz Joseph WÜRTH. Vienne 1779/1781. La terrine est décorée de godrons dans sa partie inférieure, puis d'un rang de perles à mi-corps et d'une large frise de rinceaux feuillagés en partie haute. Elle est supportée par quatre dauphins dont les queues entrelacées forment les anses. Poinçon de Vienne pour l'année 1781 et poinçon de Würth : II W dans un ovale. Indication de poids gravée : «M. 40 . 2» et «N° : 1» Poids : 7 740 g Hauteur : 31,6 cm Longueur : 49 cm Largeur : 26,5 cm Le couvercle à doucine bordé d'une moulure feuilles de laurier est décoré de cannelures et de godrons disposés sur deux registres. Il est surmonté d'une prise formée de brocolis feuillagés, petits champignons, haricots plats et feuilles de persil. Poinçon de Vienne pour l'année 1781 et poinçon de Würth : II W dans un ovale Poids : 2 475 g Le présentoir, comportant deux enroulements formant poignées décorés de feuilles d'acanthe, est décoré de cannelures sur fond amati et est bordé d'une moulure de feuilles de laurier tout comme la terrasse, qui est unie. Poinçon de Vienne pour l'année 1779 et poinçon de Würth : II W dans un ovale. Indication du poids gravée «M. 18 . 13 = 2» et «N° : 1» « (en dessous du 1 on voit qu'à l'origine il y avait un 3 gravé) Poids : 5 295 g Longueur : 68,5 cm Largeur : 45,3 cm Au revers : une ancienne étiquette ronde imprimée «Collection S. Bulgari Rome », avec indication manuscrite à l'encre «Vienna 1779. Or : Ignas Joseph Würth» La doublure mobile : Poinçon de Würth seul : II W dans un ovale. Poids : 1 285 g Poids de l'ensemble : 16 kg 790 Hauteur totale avec le présentoir : 41 cm Provenance : - Duc Albert Casimir de Saxe-Teschen (1738-1822) et Archiduchesse Marie-Christine d'Autriche (1742-1798), soeur de la Reine Marie- Antoinette - Duc Charles de Teschen (1771-1847), fils adoptif du Duc et de l'Archiduchesse - Duc Albert de Teschen (1817-1895), fils de Charles - Duc Frédéric de Teschen (1856-1936), neveu d'Albert - Duc Albert II de Teschen, fils de Frédéric - Baron Paul Waldbott-Bassenheim (neveu d'Albert II) - Collection Sotirios BULGARI Wolfram Koeppe précise page 70 du catalogue de l'exposition du Met : « il n'est pas clair de savoir si c'est Albert II ou ses héritiers qui vendirent quelques unes ou la plupart des pièces du second service de Saxe-Teschen en 1947 à Lucerne à la Galerie Fischer ». Exposition : - Deux terrines ovales et leurs présentoirs (cat. n° 15 et n°16), de la même série que notre terrine ont figuré à l'exposition «Vienna Circa 1780 - An Imperial Service Rediscovered», The Metropolitan Museum of Art, New York, du 13 avril au 7 novembre 2010, puis à Vienne, au Liechtenstein Museum, du 3 décembre 2010 au 26 avril 2011. Les couvercles sont ornés d'écrevisses sur des feuilles pour l'une et de poissons sur un lit de feuillages pour l'autre. Toutes deux sont datées 1780-1781 et comportent respectivement les numéros gravés «N° 3» et «N° 4». Elles provenaient d'une collection particulière parisienne, tout comme l'ensemble des objets exposés, à l'exception de la paire de rafraichissoirs qui appartiennent au Met. - Une terrine similaire à la nôtre, avec un couvercle également orné de légumes, est conservée au Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachussetts. Elle est datée 1779-1781. Longueur du présentoir : 67,5 cm Elle fut vendue en mai 1995, chez Sotheby's, Genève, ainsi qu'une terrine ronde et une terrine à sauce, lots 162 à 164. Bibliographie : Catalogue de l'exposition « Vienna Circa 1780 - An Imperial Service Rediscovered», par Wolfram Koeppe, et plus spécialement pour les terrines pages 39 à 46 (plusieurs reproductions) et page 94 où les terrines exposées sont décrites. On peut lire qu'elles avaient été achetées toutes les deux à la vente de la Galerie Fischer, à Lucerne, le 6 mai 1947 (lots 35 et 36). Page 45, Wolfram Koeppe précise que ces deux terrines exposées faisaient partie d'un ensemble d'au moins quatre exemplaires de grandes terrines de ce type avec des couvercles ornés d'écrevisses, de poissons ou d'huitres. On cite encore, page 94, deux autres exemplaires de ces grandes terrines : l'une est conservée au Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachussetts, la seconde dans une collection inconnue. L'Estampille/l'Objet d'Art, n°465, février 2011, pages 42 à 49. Article de Jeanne Faton «Fastes impériaux à Vienne : le Somptueux Service de Saxe-Teschen» où une terrine ovale et un-pot-à-oille rond sont reproduits. Notice historique : Notre terrine, avec sa doublure et son présentoir, faisait partie autrefois du magnifique service de table néoclassique - maintenant appelé «second service de Saxe-Teschen commandé à l'orfèvre des Habsbourg Ignaz Joseph Würth (1742-1792) par le Duc Albert Casimir de Saxe-Teschen, fondateur de la collection Albertina à Vienne, et par sa femme, l'Archiduchesse Marie-Christine d'Autriche, soeur de la Reine Marie-Antoinette, toutes deux filles de l'Impératrice Marie- Thérèse d'Autriche. Ce chef d'oeuvre d'orfèvrerie fut exécuté entre 1779 et 1782. Les grandes terrines furent fabriquées en premier car c'étaient elles qui exigeaient le plus de métal précieux ainsi que la plus grande attention de l'orfèvre durant la fonte et la finition. Elles étaient placées sur la table avant l'arrivée des convives. Leurs garnitures mobiles contenant la nourriture n'étaient apportées dans la pièce qu'au dernier moment. En fait, leur destination utilitaire était secondaire : ce qui comptait c'était l'effet qu'elles produisaient quand les convives entraient dans la salle. Leur véritable destination était d'être avant tout un sublime objet d'Art. Le service, à l'origine, comprenait des terrines, des pots-à-oille, des cloches, des aiguières, des candélabres, des flambeaux, des douzaines d'assiettes, des couverts à manche de porcelaine et autre vaisselle. Au total ce sont plus de trois cents objets représentatifs de la splendeur d'une table royale sous l'ancien régime.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue