Jean HELION (1904-1987)

Lot 127
Aller au lot
50 000 - 80 000 €
Result with fees
Result : 90 000 €

Jean HELION (1904-1987)

Le peintre dessinant demi-nu, 1945
Huile sur toile.
Signée et datée (19) 45 en haut à gauche.
100 x 73 cm
Provenance :
- Acheté aux enfants du peintre
- Collection particulière
Expositions :
- « Hélion », Galerie Paul Rosenberg & Co, New-York, 1946
- « Jean Hélion », San Francisco Museum of Art, août 1946
Bibliographie :
- Henry-Claude Cousseau, Jean Hélion, Paris, Editions du Regard, 1992, reproduit
-Journal d’un peintre - Jean Hélion, Carnets 1929-1962, Maeght Editions, tome 1, p.319
Œuvre en rapport :
- Aquarelle préparatoire à notre tableau : encre de Chine et aquarelle, 33 x 23,5 cm. Reproduit in « Jean Hélion, Dessins 1930-1978 » catalogue du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris p.31 et n°98 p.105 (fig.1).
Jean Hélion a tenu tout au long de sa vie un journal qui consigne des informations concernant sa création artistique mais aussi des réflexions sur l’esthétique.
En date du 29 juillet 1945, le journal d’Hélion mentionne notre tableau : « Peint à Hampton Bays depuis le 1er juin : Deuxième dessinateur demi-nu (bon). »
Après s’être évadé en 1942 de son camp de prisonniers, après de nombreuses péripéties, il rejoint la communauté des artistes français installés à New York. Sa situation financière est très précaire jusqu’à ce qu’il épouse Pegeen Guggenheim, fille de la richissime Peggy Guggenheim.
Hélion s’était imposé dans l’histoire de l’art moderne en fondant la première avant-garde française vouée à l’art radicalement abstrait (Art concret), qui devient en 1931 le mouvement Abstraction-Création. Il créait des compositions orthogonales à partir du blanc et du noir et des couleurs primaires. Mais lorsqu’il arrive aux États-Unis, l’artiste renonce à l’abstraction et poursuit un chemin inverse de celui pratiqué par la jeune avant-garde américaine. Avec ses hommes au chapeau et ses fumeurs, Hélion réaffirme une sensibilité impérative au réel qui lui impose une peinture figurative et des genres classiques, nus et natures mortes.
Le programme est donné par l’artiste : « observer et penser, épuiser l’imaginaire tout en gardant la référence au réel ». On pourrait parler en somme de peinture allégorique, ce qui est le cas de notre tableau qui décrit l’artiste en train de dessiner. L’architecture corporelle puissante, quasi monumentale, un regard aveugle de statue antique, le corps demi-nu, la main qui dessine au pinceau sur le papier révélant la délicatesse du geste est bien une allégorie de l’artiste créateur et de l’engagement artistique total d’Hélion.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue