MICHEL (Victor Pierre).

Lot 49
Got to lot
Estimation :
10000 - 15000 EUR
Result without fees
Result : 28 000EUR
MICHEL (Victor Pierre).
Mémoire du Sr. Michel sur le voyage qu'il a fait en Perse en qualité d'envoyé extra ordinaire de sa Majesté dans les années 1706, 1708 et 1709. Manuscrit in-4, veau glacé, plats dans un triple encadrement de filets dorés, dos à nerfs fleurdelisé, pièce de titre verte, filet sur les coupes et roulette sur les chasses, gardes marbrés, tranches rouges (reliure de Dupré ), 315 pp., 19 lignes par pages dans une élégante graphie. Provenance de la bibliothèque de Charles Scheffer avec son ex-libris, Copie d e l 'original d éposé à l a B nF ( m s f r. 7200 ) . P.-V. Michel (1680-1718) secrétaire d'ambassade à Constantinople, est envoyé en 1706 par le comte de Ferriol, ambassadeur de France auprès de la Sublime Porte, pour prendre la direction de la mission G. B. Fabre en Perse. Ferriol était alarmé par la manière dont se déroulait la mission de ce dernier et craignant que les initiatives de Marie Petit, sa compagne, la compromissent. Michel, « homme modeste, ferme et instruit « devait prendre la tête de la mission et devancer Marie Petit auprès du Chah Soltan Hosseyn. Il se mit en route escorté d'une suite de 56 personnes, 26 chameaux et 35 chevaux, signe de l'importance accordée à sa mission. Il mène avec Gholi Khan des négociations qui sont les premières menées officiellement entre la France et la Perse, et qui aboutirent en septembre 1708 à la rédaction d'un traité passé dans la postérité sous le nom de traité de 1708. Louis XIV confirma les dispositions concernant ce traité. Le Mémoire de P. V. Michel détaille méticuleusement les péripéties de cette ambassade. « J'aurais ici bien des choses à dire sur tous les scandales que M. fabre a causé à la Nation française pour avoir amené de France une femme de mauvaise vie qui l'a perdu d'honneur et de réputation comme on verra par la suite de mes mémoires ... la coquine ayant perdu son amant, on chercha un autre parmi les persans ( le Khan d'Erivan étant trop vieux ) et ce fut le fils de son Nadhir ... lequel se donna entièreme
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue