IBN EL-BEITHAR (Diya al-Din Abu Muhammad de Malaga).

Lot 40
Got to lot
Estimation :
1500 - 2000 EUR
IBN EL-BEITHAR (Diya al-Din Abu Muhammad de Malaga).
Traité des simples. Paris, Imprimerie nationale, 1877-1883; 3 vol. in-4, xv-478 pp. - ii-492 pp. - 486 pp., demi-bradel brun roux. Notices et Extraits ... tomes XXII, XXV et XXVI. Kitab al-Jami' li-Mufradat al-Adwiya wa'l-Aghdiya. traduction française avec introduction par Lucien Leclerc. L'ouvrage qui a fait la réputation d'Ibn al-Beithar est une énorme compilation, sous forme alphabétique, des médicaments simples et des aliments tirés des trois règnes. L'auteur cite plus de 150 auteurs anciens et arabes, et plus fréquemment al-Razi, Ibn Sina, al-Ghafiqi et al-Idrisi. La Collection d'Ibn el-Beythar comprend 2330 paragraphes concernant à peu près 1400 drogues, dont un millier environ est emprunté aux grecs. Il reste donc 400 drogues introduites dans la pharmacopée par les arabes. Ibn Abi Usaybiya ( Classe des savants ) dit de l'ouvrage : « il n'existe pas de livre plus important et meilleur sur les remèdes simples «. Ibn el-Beythar l'a composé pour al-Malik al-Salih Naym al-Din Ayyub. Bien qu'ayant vécu pendant ses années fécondes en Egypte et en Syrie, Ibn el-Beythar dépend totalement de l'Ecole hispanique de pharmacologie et botanique; il achève brillament la longue série de savants maures espagnols. Alpagus, qui le premier s'est occupé d'Ibn el-Beythar, puisa dans le «Traité des Simples» pour son « Interpretatio nominum arabicorum», imprimé à la suite du Canon. Golius et Bochart mirent les «Simples» à profit; la traduction latine de Dietz, publiée en 1833, n'est qu'un abrégé, et ne comprend que les lettres alif et ba. C'est la première fois que la «Collection des Simples» est traduite, ici, en entier avec un excellent appareil critique et au point de vue du grec, du latin et du berbère. ( Max Meyerhof : Al-Andalus vol III fasc. I ).
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue