• United-Kingdom

Livre d'Heures à l'usage de Rome dites «Heures…

Lot 547
400 000 - 500 000 €
Résultat: 1 800 000 €

Livre d'Heures à l'usage de Rome dites «Heures…

Livre d'Heures à l'usage de Rome dites «Heures de Petau» Manuscrit d'origine Tourangell e comp osé au tout début du XVI e siècle, entre 1500 et 1510 Le manuscrit est enluminé et se compose de 44 feuillets de vélin (230 x 140 mm), à 33 lignes à la page, calligraphié sur deux colonnes, d'une écriture humanistique à l'encre brune, verte, bleue et rouge. Il est rubriqué de vert, les majuscules sont rouges ou bleues, certaines lettrines sont peintes sur fond or. Le texte est accompagné de 16 miniatures en forme de médaillons de 65 mm de diamètre chacun, à décor de camaïeu or avec rehauts de rouge, de blanc, de bleu, de jaune et de rose chair. L'exécution de l'intégralité de ces peintures est due à un artiste de tout premier ordre, qu'on a jusqu'ici voulu identifier comme Jean Bourdichon, auteur des enluminures des «Grandes Heures d'Anne de Bretagne». Il semble toutefois aujourd'hui qu'il faille attribuer ces enluminures, comme l'affirme François Avril dans son ouvrage sur les manuscrits à peinture en France, à un artiste tout aussi remarquable que Bourdichon, le Tourangeau Jean Poyet qui travailla entre 1490 et 1520, auquel on doit divers livres d'Heures, et dont les oeuvres restent marquées par la représentation de l'espace et l'utilisation de la perspective. La disposition des médaillons dans ce manuscrit des «Heures de Petau» est pour le moins exceptionnelle puisque Jean Poyet les a placées par paires (recto-verso) au début et à la fin de chaque section des différents Offices, laissant les feuillets intercalés avec un évidement permettant une vision simultanée des deux peintures durant toute la lecture de l'Office. Cette mise en pages tout à fait remarquable et ingénieuse se retrouve dans un autre manuscrit exécuté par Jean Poyet, conservé par la Bibliothèque Royale de Copenhague, appelé «Heures Thott» mais dont les évidements sont en forme de losanges et non ronds. Calendrier Les Heures de Petau débutent par un calendrier de 3 feuillets comprenant deux mois par page, rédigé en deux colonnes, à l'encre rouge, bleue, verte et or. Outre les saints traditionnels, le calendrier laisse apparaître le nom de nombreux saints d'origine tourangelle : Avertin au mois de février, Grégoire au mois de mars, Perpet et Venant au mois d'avril, Martin et Euphrone au mois de juillet, Eustoche au mois d'octobre, Brice au mois de novembre, Gatien et Maxime au mois de décembre. Texte 5-6ff - Evangile de Jean, Luc, Mathieu et Marc. 6-7ff - Prières à la Vierge «Obsecro te Domina...» 8ff - Prières à la Vierge Marie «Domine labia mea...» 8-10ff - Matines. Chants. Psaumes. Absolution. Tableaux. Visitation. Oraisons. 11-13ff - Laudes. 14ff - Prime. 15ff - Tierce. 16ff - Sexte. 17ff - None. 18-19ff - Vêpres. 20-24ff - Complies. 25-29ff - Psaumes de la Pénitence. 30-37ff - Office des Morts. 38ff - Heures de la Croix. 39ff - Heures du Saint-Esprit. 40ff - La Sainte-Trinité. 40-44ff - Prière pour tous les Saints : Michel, Jean-Baptiste, Pierre et Paul, Jacob, Stéphane, Laurent, Sébastien, Nicolas, Martin, Anne, Marie-Madeleine, Catherine, Barbara, Appolonnie. Miniatures 16 médaillons de couleurs or, blanche, rose chair, rouge et brune. - Les quatre évangélistes. Peinture complétée au XVIIe siècle par un cartouche sur fond doré agrémenté de guirlandes de fleurs, de corbeilles de fruits et de drappés aux coloris très frais. Les évangélistes sont entourés par une couronne tressée comportant au-dessus un écu soutenu par deux putti contenant les armoiries de la famille Petau. - La Vierge et l'enfant accompagnés des symboles des quatre évangélistes, l'aigle pour Jean, l'homme pour Mathieu, le taureau pour Luc et le lion pour Marc. - L'Ange de l'Annonciation. - La Vierge en prière. - Visite de Marie à Elisabeth, enceinte de Jean Baptiste. - La Nativité. - L'Annonce aux Bergers. - L'Adoration des Mages. - La Présentation au Temple. - La Fuite en Egypte. - Le Couronnement de la Vierge. - David en pénitence. - Job et les riches marchands. - Le Christ aux outrages. - La Pentecôte. - L'Assemblée des Saints. - Médaillon final à décor végétal. Reliure Le manuscrit est relié dans un maroquin tabac orné sur les plats d'un décor estampé à la fanfare avec filets d'encadrement à froid et portant en son centre les armes de la famille Rothschild et sa devise «Concordia-Industria-Integritas». Les contreplats de maroquin rouge sont également décorés. La reliure, signée de Duru, est datée de 1856. Provenance : Aucun indice précis ne permet de déterminer à qui était destiné à l'origine le précieux Livre d'Heures. C'est au XVIIe siècle qu'on retrouve la trace du manuscrit, dans les mains de la famille Petau dont un des membres entreprit de faire peindre l'encadrement du folio IV, comportant la miniature représentant les quatre évangélistes, en y apposant dans sa partie supérieure les armes de la famille. Il s'agit de Paul Petau ou plus vraisemblablement d'Alexandre Petau, originaires de l'Orléanais, grands collectionneurs de livres et surtout de manuscrits enluminés dont une grande partie de la bibliothèque, dispersée au début du XVIIIe siècle, fut acquise par la Bibliothèque de Genève. D'après une note du libraire américain Kraus, le présent manuscrit semble avoir appartenu aussi au XVIIIe siècle à la famille Van Vooght de Bruges dont l'ex-libris gravé fut apposé sur un feuillet de garde volant. La précieuse relique réapparait au XIXe siècle dans la collection du Baron James de Rothschild dont les armes figurent sur la reliure. Enfin on retrouve le présent Livre d'Heures en la possession du grand libraire new-yorkais Kraus qui en fût le propriétaire jusqu'en 1974, date à laquelle le Commandant Weiller l'acquit. C'est d'ailleurs jusqu'à cette date que le nom de Bourdichon fut lié à celui de l'exécuteur du précieux Livre d'Heures comme le pensait également Kraus.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue